Entrevue avec Marie-Chantal Lamothe, vice-présidente ressources humaines à la Banque Laurentienne, une institution financière fondée en 1846 et dont les effectifs atteignent environ 4 500 employés.
La Banque Laurentienne figure parmi les 10 lauréats nationaux du programme Promoteurs de passion du Canada et s’est classée parmi les gagnants du concours Les 10 cultures d’entreprise les plus admirées au Canada, pour le Québec et le Canada atlantique.

Un employeur de choix, c’est un employeur qui est assez près du terrain pour bien comprendre les enjeux de tous ses employés, peu importe leur champ d’action, et être capable de mettre en place des programmes en gestion du capital humain bien adaptés et simples pour que les gestionnaires se les approprient facilement.
La première étape pour devenir un employeur de choix consiste à mesurer sa propre performance avec un sondage auprès des employés.
Ensuite, il faut rapidement présenter les résultats à l’ensemble du personnel, et surtout agir. Afin de mobiliser nos gestionnaires, chacun est responsable de mettre en place un comité, d’implanter un plan d’action et d’en assurer le suivi.
Chaque comité animé par une personne des ressources humaines est composé d’employés positifs, constructifs, ayant un esprit ouvert et qui sont intéressés par l’optimisation des processus. On vise une diversité d’employés selon les problématiques : des anciens, des nouveaux, des syndiqués, des cadres, etc.
Tous les membres du comité suivent d’abord une journée de formation en résolution de problèmes dispensée par notre académie. La deuxième journée, le groupe sélectionne un levier qu’il désire améliorer : la reconnaissance, la progression de carrière, etc.
Le comité dispose ensuite de cinq sessions de travail pour discuter et établir un plan d’action concret qui sera présenté à la direction du département.
Évidemment, cette stratégie est adaptée à notre situation, mais, peu importe la taille d’une entreprise, l’important, si l’on désire devenir un employeur de choix, est d’adresser efficacement les irritants.
Pour ce faire, il faut d’abord bien cerner la problématique : définition, étendue, inclusions et exclusions, conséquences, causes, etc. Ensuite, il faut responsabiliser les gens dans la mise en application des solutions.
Le gestionnaire peut mettre en place l’infrastructure et minimiser les obstacles, mais ce sont les employés qui sont les mieux placés pour trouver des solutions concrètes et réalistes. Toutefois, il serait utopique de croire que l’on peut tout régler. Il faut procéder étape par étape.

Tiré de L’ADN d’un employeur de choix

Plus d'articles