Il peut arriver qu’entre le moment où vous recevez une candidature intéressante et le moment où vous interviewez la personne cette dernière se soit déjà trouvé un autre emploi. Il faut donc concevoir des moyens de faire plus vite, mais n’oubliez pas que faire vite ne veut pas dire faire mal. Analysez simplement votre processus de recrutement comme n’importe lequel de vos processus administratifs. Où sont les délais et les goulots d’étranglement? Est-ce possible de les éliminer ou de les réduire? Y a-t-il des étapes qui pourraient être combinées?

Il est essentiel de maintenir une communication étroite avec le candidat tout au long du processus, car il est fort probable qu’il soit en pourparlers avec d’autres employeurs. Distinguez-vous par vos communications en convoquant le candidat avec un message humoristique ou en laissant un message texte sur son cellulaire. Vous pouvez aussi envoyer une lettre de remerciement après l’entrevue pour remercier le candidat de s’être déplacé et dans laquelle vous réitérez votre intérêt, vous expliquez les prochaines étapes et vous l’encouragez à vous contacter pour toute question. Finalement, vous pouvez surprendre aussi lorsque vous confirmez l’embauche en envoyant une petite surprise au nouvel employé (boîte de chocolats, lettre écrite à la main, cadeau corporatif…).

N’oubliez pas que nous sommes dans un marché d’acheteurs où ce sont les candidats qui ont le gros bout du bâton et que, pour vous distinguer des autres, il n’est pas nécessaire d’offrir plus, mais d’offrir mieux : pas plus d’argent, mais une meilleure expérience.

 

Tiré de : Conversations déterminantes

Plus d'articles