Il ne faut pas se désoler de voir quitter un de vos employés. C’est normal. Nous évoluons tous.

Comme le disait le pape Jean-Paul II : « Le travail est pour l’homme et non pas l’inverse. » Le travail est donc au service de la libération de l’individu pour l’amener à se réaliser davantage à un niveau supérieur.

Ce qui n’est pas normal, c’est de placer des individus dans des situations qu’ils ne sont pas prêts à vivre. Lorsqu’on subit de fortes demandes et que nous avons peu de contrôle sur les événements, c’est là que le stress devient trop intense et négatif. Il faut arrêter de croire que l’on peut devenir n’importe quoi pour n’importe qui dans la vie.

Se mobiliser soi-même

Le message positif de la psycho-pop est souvent mal interprété et les gens croient qu’ils vont changer leur vie en lisant un bouquin sur la pensée positive. On ne change pas sa vie, on l’actualise. Vivre sa vie, ça veut aussi dire : se libérer d’un travail qui nous empêche d’être la personne que l’on est vraiment.

On a parfois l’impression que les jeunes d’aujourd’hui veulent tout avoir tout de suite. Pour en avoir côtoyé plusieurs depuis quelques années dans le cadre de mes conférences ou interventions en entreprises, je peux vous dire que c’est généralisé.

Ils ont grandi dans le monde de l’instantanéité et de l’accessibilité. On a une question? Google nous fournit des millions de réponses en quelques secondes. On veut entendre une chanson ou lire un livre, on peut le télécharger en quelques secondes.

Comment générer l’engagement chez la génération Y

La génération Y (ou les milléniums) a grandi dans un univers où tout est possible : devenir millionnaire avec une entreprise virtuelle, pratiquer des sports extrêmes dans son salon sur une console de jeux vidéo, faire des voyages exotiques à l’autre bout de la planète ou même dans l’espace.

Sollicités de toutes parts, le temps est devenu la denrée la plus rare et les gens n’ont pas de temps à perdre. Ce n’est pas vrai qu’ils vont accepter de s’emmerder durant une journée de travail pour aller s’épanouir à l’extérieur. Ils veulent arriver rapidement à leur objectif et si l’organisation n’offre pas la flexibilité de trouver par eux-mêmes la meilleure façon d’arriver au but, ils vont aller voir ailleurs.

Tiré de Générer l’engagement au travail.

Plus d'articles