Personne ne vit dans le monde, chacun vit dans son monde. Le problème, c’est que plus le vôtre est différent de la réalité, plus vous êtes malheureux. D’où l’importance de confronter les différentes perspectives pour se rapprocher de la réalité.

Génération Z, Y, X ou boomer: chacun sa réalité

Comme le disait Etty Hillesum, une grande figure de la spiritualité contemporaine décédée dans le camp d’Auschwitz à l’âge de 29 ans : « Le grand obstacle, c’est toujours la représentation et non la réalité. »

Souvent, quand on réagit négativement à une situation, le déclencheur de cette réaction se retrouve en nous, même si la situation provient de l’extérieur. La difficulté, c’est lorsque chacun se campe dans ses positions : on ne voit plus la réalité telle qu’elle est, chacun la teinte avec la couleur de ses lunettes. En fait, on ne voit plus, on pense et lorsqu’on est dans nos pensées, on n’est plus dans le moment présent.

Gestion multigénérationnelle: remplacer le jugement par la compréhension

Quand on accepte de considérer la perspective de l’autre, on remplace le jugement par la compréhension et naît la compassion.

Je suis souvent appelé à conseiller les organisations dans la dynamique de la gestion multigénérationnelle des ressources humaines. Le premier conseil que je donne aux gens est de partir de ce que tous ces gens qui se sont joints à votre entreprise ont de plus en commun et de laisser la latitude à chacun sur la manière de faire (en autant que cela respecte les orientations et les résultats fixés).

Peu importe leur âge, si ces gens se sont joints à votre organisation c’est qu’il y a un fil conducteur : l’amour des enfants, de la mécanique automobile, d’être au service des gens, etc. Même si Ginette ne communique pas de la même façon que Mélanie ou qu’elles ne partagent pas les mêmes goûts musicaux, elles ont toutes deux le même intérêt qui les a poussées à exercer le métier qu’elles ont choisi.

Tiré de Générer l’engagement au travail.

Plus d'articles