J’étais présent au congrès de l’Ordre des ressources humaines à Québec la semaine dernière non pas comme conférencier, mais comme participant. C’est toujours intéressant de se replacer dans la perspective de l’auditoire. Ça rappelle l’importance du choix d’un bon conférencier…

Lors de cet événement, j’ai animé une discussion durant un petit-déjeuner sur l’importance de faire vivre une expérience unique lors de l’accueil et l’intégration d’un employé.

Voici donc en résumé les faits saillants de nos échanges.

Un point qui faisait consensus autour de la table était que les gestionnaires ne prennent pas le temps de bien intégrer leurs employés.

D’abord, faute de structure, certains ne savent pas trop comment s’y prendre. En l’absence de procédures standards, chaque gestionnaire organise donc la durée et le contenu de l’intégration des employés comme bon lui semble. Ces écarts provoquent de la frustration à la fois chez les employés et les superviseurs.

Ensuite, certains gestionnaires semblent être déconnectés avec la réalité actuelle du recrutement. De nos jours, les chercheurs d’emploi ne sont plus simplement à la recherche d’un job : ils veulent vivre une expérience. D’où l’importance de l’image de marque employeur, mais encore faut-il que cette image corresponde à la réalité. Peut-être que les responsables aux ressources humaines devraient faire vivre l’expérience du recrutement aux gestionnaires afin de montrer les efforts mis de l’avant et les promesses faites aux candidats ?

Finalement, plusieurs gestionnaires avouent simplement manquer de temps. Dans un grand groupe, il est plus facile d’avoir une équipe qui supporte l’intégration, mais la tâche revient surtout au superviseur lorsqu’il s’agit d’intégrer un seul employé de temps en temps. Une solution pourrait être d’identifier et de former des ambassadeurs à l’interne qui pourraient prendre en charge l’intégration. À cet effet, un effort devrait être fait pour coupler un ambassadeur avec un profil comparable à celui du nouvel employé (âge, situation familiale, intérêts et loisirs…) Une autre option pourrait être de mettre à contribution des employés retraités.

L’employeur pourrait aussi faire appel aux ressources de la communauté pour aider l’individu et sa famille à s’enraciner non seulement au travail, mais aussi dans la région.

Gestionnaires, mettez-vous dans la peau d’un nouvel employé et revivez votre première journée. Comment jugez-vous l’expérience ?

Plus d'articles