Pour pouvoir être en paix au travail, il faut que notre vie soit le moins compartimentée possible. Plusieurs choisissent de faire une coupure entre le travail et la vie privée et je peux comprendre. Quand ce que l’on est dans la vie est différent de ce que l’on vit au travail, cette coupure est absolument essentielle pour maintenir l’équilibre. Mais est-ce que c’est ça le bonheur? Être en contradiction avec soi la majeure partie de notre vie active? Est-ce que c’est ça être productif? Se désinvestir et garder une distance émotionnelle qui prive vos employés d’exercer leur créativité et leur intelligence au travail? À la manière dont certains ont été maltraités par certaines organisations, je peux comprendre : chat échaudé craint l’eau froide…

Pour ramener le bonheur chez vos employés, il faut leur permettre d’exercer leur être dans toutes ses dimensions là où ils sont le plus puissants, c’est-à-dire dans une organisation où l’environnement est organisé de manière optimale et où les ressources sont disponibles.

Vous croyez que ce mandat élargi s’éloigne un peu trop de vos responsabilités actuelles déjà trop nombreuses? Votre engagement à accompagner vos employés dans la découverte de soi est la clé de la libération de tout leur potentiel créatif. L’engagement total et indéfectible envers votre cause commune, rien de moins.

En orientant votre organisation autour du potentiel des gens, vous faites appel à leurs intérêts naturels. Cela faisant, tout en laissant place à l’imprévu et à l’erreur, les gens se responsabilisent, prennent des initiatives et assument les conséquences. Les règles strictes laissent place au jugement et aux solutions innovatrices. N’oubliez jamais que le leadership, ce n’est pas diriger des choses, mais développer des gens.

 

Tiré de : Les patrons sont-ils tous des menteurs?

Plus d'articles