Voici une question qui m’a été posée suite à un atelier-conférence conjoint (production et ressources humaines) sur le thème de la reconnaissance donné à une quarantaine de directeurs : Comment être équitable envers tous sur le plan de la reconnaissance

Comme gestionnaire, j’ai souvent eu le réflexe d’éviter d’offrir trop de reconnaissance à certains employés pourtant méritants de peur de créer de la jalousie au sein de l’équipe.

En voulant être équitable, je me suis malheureusement privé d’un puissant moyen pour mobiliser l’ensemble de mon équipe.

Bien sûr, il est plus simple d’éviter de créer des précédents ou d’avoir à faire face à des demandes de congés ou d’augmentations de salaire en ne vantant pas trop ses employés.

Certains gestionnaires me disent parfois : « Si je commence à reconnaître mes employés pour tout ce qu’ils font, ils vont constamment m’en demander plus! »

Rappelez-vous que d’après le prêtre, poète et théologien suisse Maurice Zundel : « Le travailleur est beaucoup plus blessé par la différence de considération que par la différence de fortune. »

Souvent exclusivement associée aux seules récompenses, une véritable culture organisationnelle de la reconnaissance est un concept beaucoup plus large axé sur le respect et le développement global des individus.

Il est donc essentiel pour tout gestionnaire de reconnaître qu’au-delà d’une ressource, il y a un humain derrière chaque employé et que de reconnaître ce dernier devrait être une priorité.

De toute façon, j’ai réalisé avec l’expérience que d’être équitable au sens de traiter tout le monde sur un pied d’égalité est non seulement impossible, mais surtout non souhaitable.

En effet, puisque le jugement de chacun est toujours teinté par sa propre perspective, il est impossible de plaire à tous.

Surtout, être équitable devrait vouloir dire traiter une personne comme elle mérite d’être traitée.

C’est lorsqu’on considère tout le monde de la même façon que ça devient inéquitable pour ceux qui ont plus de mérite que les autres.

Vous trouvez que cette approche est discriminatoire? Vous avez raison, mais rappelez-vous que vous n’êtes pas candidat à un concours de popularité et que votre travail est de reconnaître et développer vos employés en toute intégrité.

Pour être efficace, la reconnaissance doit être sincère et pertinente, pas donnée à tous par automatisme de peur de blesser quelqu’un.

 

Quoi reconnaître?

À titre de gestionnaire, il faut d’abord bien identifier les comportements que l’on désire voir chez ses employés, puis définir quelle forme de reconnaissance utiliser pour renforcer ces comportements à privilégier.

Les comportements recherchés peuvent se situer évidemment au niveau du savoir-faire, mais je vous encourage également à identifier quelques comportements qui se situent au niveau du savoir-être, afin de maintenir une saine ambiance dans vos équipes.

Fixez-vous comme objectif d’apprendre à mieux connaître un employé par jour, puis voyez par vous-mêmes l’impact de cette simple forme de reconnaissance.

 

Stéphane Simard, B.A.A., B.A., CSP

Plus d'articles