Les jeunes employés de la génération Z croient, entre autres, qu’un patron idéal doit savoir faire preuve de reconnaissance, d’écoute et de rétroaction. Ils souhaitent entretenir une relation personnelle égalitaire, plutôt que hiérarchique, et accordent de l’importance à la transparence.

Selon eux, un patron idéal saura aussi les mettre à contribution en leur confiant des tâches variées.

Mais à quel type d’employés ce patron idéal devra-t-il s’adapter ? Pour se familiariser à eux, voici le portrait de différents profils.

L’oublié
Il s’agit d’un employé qui ne contribue pas parce que ses forces ne sont pas utilisées simplement parce qu’on ne lui a pas dit ou parce qu’il n’a pas compris ce qu’on attend de lui. Il faut apprendre à le connaître pour cerner ses forces (comprendre) et lui proposer un nouveau défi avec des attentes claires (communiquer).

Le délaissé
À la différence de l’oublié, le délaissé utilise ses forces pour bien faire des choses, mais qui ne sont pas importantes pour son patron. Il préfère travailler en vase clos et faire à sa façon. Il n’agit pas ainsi par mauvaise volonté, mais souvent simplement parce que le gestionnaire n’a pas clarifié ses attentes suffisamment pour que tous les comprennent ou parce que l’employé n’a pas compris pourquoi il devrait faire autrement puisqu’il atteint ses objectifs (communiquer).

Le frustré
Ce qui distingue le frustré de l’oublié et du délaissé, c’est qu’il connaît les attentes. Malgré cela, il ne fait pas ce qu’on attend de lui. Il faut donc comprendre pourquoi : Ses forces sont-elles sous-utilisées? A-t-il les compétences pour le faire? Est-ce qu’il traverse des difficultés personnelles? (comprendre).

L’engagé
Il s’investit dans les tâches qui lui sont confiées et dans l’équipe. Il a du succès puisqu’il utilise ses forces pour faire ce qu’on attend de lui. Il faut donc lui offrir de la reconnaissance pour renforcer son comportement (reconnaître).

diapositive47

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tiré de Générations X@Z

Plus d'articles