En cette ère de communications instantanées, on a plus que jamais l’impression de vivre sur une planète sans frontières. Mais est-ce que les « Y » sont partout pareils dans le monde?

Voici la question qui m’a été posée récemment par des gestionnaires et membres de conseils d’administration des caisses populaires de l’Ontario lors d’un atelier-conférence sur le thème du choc des générations livré dans le cadre de leur assemblée annuelle.

Je dis en conférence que les différences sont plus individuelles que générationnelles dans les organisations et c’est aussi vrai dans le monde.

Le phénomène du choc des générations n’est pas typiquement nord-américain: on observe des différences selon la géographie.

Rappelons-nous d’abord qu’une génération est le reflet de la société dans laquelle elle est née et a grandi. Il est donc évident que les valeurs des jeunes varient selon la culture et le pays.

Aussi, la situation économique est très variable d’une région à l’autre. Dans plusieurs pays d’Europe et même aux États-Unis, le climat d’insécurité cause beaucoup de frustrations chez les jeunes qui sont de plus en plus sur scolarisés pour le poste qu’ils occupent. On parle même d’une génération sacrifiée dans certaines régions du globe.

Sur cet aspect, le Québec est privilégié puisque nous sommes l’endroit dans le monde où le nombre de départs à la retraite est le plus important et le plus rapproché dans le temps en prorata de la population.

Avec l’essor des technologies et l’accélération des changements, le fossé entre ce que les jeunes désirent et ce qu’ils possèdent n’a jamais été aussi grand.

En général, cela crée beaucoup de cynisme chez cette génération qui a toujours été encouragée à poursuivre ses rêves depuis sa tendre enfance.

En conclusion, les « Y » ne sont pas tous pareils dans le monde parce qu’ils ne vivent pas leur réalité de la même façon.

Je vous encourage donc à envisager le recrutement international pour combler vos besoins en relève. Lors de mes conférences à l’étranger, j’ai rencontré beaucoup de jeunes Français désillusionnés et frustrés de la culture bureaucratique et qui rêvent de venir s’épanouir au Québec.

Plus d'articles