CAPSULES D'INFORMATIONS


<< Retour aux capsules d'informations

« L’enfer c’est les autres ! » disait le philosophe et écrivain français Sartre. Il est vrai que l’un des aspects les plus importants du travail concerne nos relations avec les autres. Quand tous se donnent la permission d’être eux-mêmes, le respect peut s’installer. Mais encore, pour trouver du bonheur auprès des autres qui nous entourent au travail, il faut nécessairement être tous sur la même longueur d’onde, du moins en ce qui concerne le travail.

J’admets qu’être tous d’accord sur tout est un peu idéaliste… Envisageons plutôt être tous d’accord sur un minimum de valeurs et de comportements en trouvant des points communs propres au travail tout en faisant preuve d’ouverture face aux différences pour le reste.  Par exemple, il serait très difficile de trouver une musique qui plaise à tous dans un atelier. Ces débats interminables ou ces conflits irrésolus créent un climat difficile pour certains.

 

Générer l’engagement grâce à des valeurs communes

On ne peut être véritablement heureux au travail si les autres membres de l’équipe ne partagent pas les mêmes valeurs, n’adoptent pas les mêmes comportements ou ne nous apprécient pas tels que nous sommes.

Il ne s’agit pas ici d’être copie conforme les uns des autres. Mais il faut savoir que malgré nos différences ou même nos différents, nous avons des points communs. Nos opinions ou nos comportements peuvent varier, mais pour faire équipe, on doit trouver en chacun une valeur, un but, un rêve commun à tous.

Il s’agit donc d’identifier en quoi nous sommes semblables et quelles intentions communes motivent notre travail. Par exemple dans une école, le concierge, l’enseignant et la secrétaire ont chacun leurs tâches, mais ils doivent minimalement partager un amour des jeunes, une intention éducative qui les ressemble et les motive. L’important étant de rester centré sur la tâche et l’amour du métier.

 

Désamorcer les conflits pour mieux collaborer

Si je comprends l’intention de l’autre derrière son geste ou ses paroles, je risque d’être moins irrité par nos différences ou par mes perceptions. Chercher l’intention cachée permet de résoudre des conflits ou d’être plus compréhensif. Se demander pourquoi l’autre agit ou parle de telle façon permet d’échanger sans jugement et de se centrer sur un objectif commun. Cela suppose une attitude d’ouverture et de contrôle de ses émotions.

Dans le même sens, chaque employé doit assumer que c’est sa responsabilité d’exprimer ses buts et ses intentions s’il sent un désaccord de la part des autres. Non pas pour se justifier, mais pour établir la communication.

Lorsqu’on doit côtoyer un collègue ou un client difficile, on peut voir la situation comme une épreuve pour tester notre détermination et nous aider à grandir. Cela exerce notre patience et notre tolérance (deux qualités souvent négligées de nos jours), faisant de nous des êtres plus complets et en paix. Rechercher les qualités de la personne et faire preuve de compassion en souhaitant mentalement la fin de ses souffrances qui l’amènent à être si acerbe peut nous aider à mieux vivre une relation désagréable.

Souvent, nous nous attendons à ce que les autres fassent preuve de bonté et d’ouverture lorsqu’on les approche plutôt que d’initier nous-mêmes cette attitude en premier.

Tiré de Générer l’engagement au travail.

VOS COMMENTAIRES

− 3 = 5