CAPSULES D'INFORMATIONS


<< Retour aux capsules d'informations

Vos employés ont de nouvelles attentes. Ils sont en train de passer d’un monde dominé par l’avoir au monde de l’être. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils veulent devenir moine dans une abbaye. Ils osent simplement considérer qui ils sont, qu’ils existent et que ce qui est nécessaire à leur existence et qu’ils ont décidé de se donner leur appartient légitimement. Ils ne veulent pas se culpabiliser sur leurs choix de consommation ou sur leurs idéologies, mais simplement prendre conscience de ce qui justifie leurs choix. Ils ont décidé d’avoir (des objets ou des idées), osent les avoir pour eux, pas pour satisfaire une image qu’ils veulent dégager ou pour plaire aux autres.

Bien des gens réalisent souvent trop tard qu’ils ont vendu leur âme à leur organisation et ne sont plus en paix avec eux-mêmes. Leur carrière est devenue leur dieu et tout le reste : la famille, la santé, les amis… ont été relégués au second plan. Arrive un point où tout cela ne fait plus de sens, où il faut que ce que nous sommes repose sur quelque chose de plus profond qu’un gros bureau, une grosse bagnole, une grosse maison ou un gros ego. Il vient un moment où nous devons concilier avoir et/ou être et faire des choix : être en paix avant de reposer en paix.

Imaginez un emploi où vous pouvez exprimer franchement vos opinions et où vos idées sont non seulement écoutées, mais encouragées et considérées. Un patron présent et à l’écoute et qui n’a plus besoin de faire la police pour concentrer toute son attention à vous fournir les moyens de vos ambitions. Des collègues enthousiastes ouverts au changement qui collaborent au meilleur de leurs talents à un projet commun qui a un véritable impact sur la société. Une organisation qui se soucie non seulement de ses clients et des gens qui y travaillent, mais de toute la communauté dans laquelle elle évolue. Un milieu où énergie, créativité et plaisir forment un heureux mélange. Est-ce possible ?

Le rideau est tombé : la comédie est terminée. Il n’y a plus de « hors scène » ou de « en scène ». Il n’y a plus d’auditoire à qui il faut plaire ou de galerie à épater. Il n’y a plus d’opposition et de masques. Il n’y a qu’un être centré avec lui-même. Avec ses aspirations, ses valeurs et tout son potentiel à montrer au grand jour. Car c’est certain que l’employé heureux est plus productif et efficace. Le gestionnaire en dialogue et en soutien se sentira partie prenante du bonheur de l’employé et du succès de l’entreprise. Et tout le monde sera content.

Tiré de Générer l’engagement au travail.

VOS COMMENTAIRES

+ 10 = 13