CAPSULES D'INFORMATIONS


<< Retour aux capsules d'informations

Être heureux au travail, est-ce vraiment possible? Oui, mais la première condition est que l’employé sache qui il est et ce qu’il veut. Le vrai défi est de trouver ce qui l’exciterait vraiment, parce que lorsqu’on aime ce qu’on fait, le succès vient tout seul. Cependant, ce n’est pas toujours simple à cerner, surtout pour un employé de nouvelle génération. Ainsi, l’organisation ou le gestionnaire peut agir comme catalyseur en exposant l’employé à différents défis et projets afin de l’accompagner dans son cheminement.

Une fois l’inventaire de ses intérêts fait, ce qui représente en quelque sorte le point d’ancrage, l’employé doit maintenant décider s’il veut faire le voyage avec vous. De nos jours, il y a toutes sortes de voyages pour tous les goûts : on peut simplement regarder une émission à la télé ou lire un bouquin sur une destination exotique ou partir faire du travail communautaire en Afrique avec un sac à dos et 100 $ en poches. Ainsi, on peut s’épanouir tout autant au sein d’une start-up techno, d’un organisme humanitaire ou d’une multinationale.

Il en est de même pour un cheminement de carrière. Se lancer en affaires ou être patron, ce n’est pas pour tout le monde. Il faut arrêter de se faire croire que tout le monde peut être bon en tout et que pour être heureux dans la vie, il faut nécessairement gravir les échelons pour se retrouver le plus rapidement au sommet de la plus haute pyramide.

Ce qui est bon pour les uns, ne l’est pas nécessairement pour les autres. L’employé engagé l’a bien compris : centré sur ses besoins, il privilégie davantage le développement de ses connaissances plutôt que les promotions.

Tiré de Générer l’engagement au travail.

VOS COMMENTAIRES

3 + 4 =