CAPSULES D'INFORMATIONS


<< Retour aux capsules d'informations

La première étape de la réflexion sur l’unicité et le spécifique du groupe de travail auquel on appartient consiste à bien cerner les valeurs des gens qui en font partie. Tout comme les générations ne sont seulement qu’un reflet de la société dans laquelle ils évoluent, les employés sont le reflet de leur employeur.Les gens s’associent à des groupes qui partagent les mêmes valeurs qu’eux, mais ces valeurs ne sont pas dictées par l’organisation à laquelle ils appartiennent. C’est quelque chose qui fait intrinsèquement partie de chacun de nous. Il ne s’agit donc pas d’établir de nouvelles valeurs pour notre organisation, mais de découvrir ce que nous avons en commun et qui est obscurci par un manque de cohésion et de communication.Avant d’en faire un exercice de groupe, il faut d’abord prendre individuellement le temps de réfléchir sur ses propres valeurs. Dans son livre La mobilisation des personnes au travail, Michel Tremblay fait la distinction entre les valeurs «productivistes» (efficacité, économie, effort, rendement, etc.) et les valeurs «humanistes» (collaboration, confiance, initiative, etc.) Selon lui, la mobilisation a besoin et se nourrit de valeurs avant tout humanistes (justice, respect, etc.)N’allez pas croire que je pense que la profitabilité et les autres valeurs de nature productivistes ne sont pas importantes. En fait, je crois que la rentabilité d’une entreprise est essentielle, mais pas comme une fin en soi, mais plutôt comme un moyen d’accomplir des choses encore plus grandes. Comme le mentionnent Jim Collins et Jerry I. Porras dans leur livre Built to last : «Les profits pour une entreprise sont comme l’oxygène, l’eau, la nourriture et le sang pour l’humain. Ils ne font pas partie de nos buts dans la vie, mais sans eux, il n’y a pas de vie.»

Par où commencer ? Imaginez que vous démarrez une nouvelle entreprise et réfléchissez individuellement à la question : Quelles sont les valeurs que vous aimeriez y retrouver indépendamment du secteur d’activité ?

Réunissez ensuite un échantillon représentatif de l’ADN du groupe concerné composé à la fois de chefs d’équipe et de vétérans (5 à 12 personnes) et demandez-leur d’échanger sur la même question.Tentez de faire des regroupements entre les idées des participants et demandez à ces derniers de discuter de leurs conclusions avec leurs collègues de l’extérieur du groupe par après.

 

« Ne te demande pas ce dont le monde a besoin. Demande-toi ce qui te passionne et ne fais que cela. Ce dont le monde a besoin, c’est des gens passionnés.» – Howard Thurman

VOS COMMENTAIRES

24 + = 32