CAPSULES D'INFORMATIONS


<< Retour aux capsules d'informations

Notre but, certains disent notre mission, est de réaliser notre être et de l’exprimer. Le problème, c’est que nous tenons habituellement l’être pour acquis et nous l’ignorons. En fait, on se prend pour l’étant : on s’identifie à nos désirs et à nos peurs en croyant qu’on est le corps et les pensées, mais tout cela n’est que perceptions.

On se crée des images, des modèles pour expliquer toutes sortes de phénomènes, pour justifier toutes sortes de comportements, mais ça ne reste que des représentations, des analogies pour mieux cerner la complexité de choses trop abstraites.

 

La réalité s’entoure toujours du mensonge des apparences

Pour nous connecter avec nos idéaux, il faut faire fi de toutes nos projections mentales qui sont souvent plus inspirées de nos expériences passées que de la réalité du moment.

En effet, lorsqu’on ne fait plus la différence entre la nature véritable des choses et nos perceptions, on est en constante opposition avec la réalité et donc, en impossible harmonie avec ce que nous sommes et ce qui nous entoure.

J’ai eu à partager mon espace de travail avec trois employés syndiqués qui prenaient un malin plaisir à critiquer constamment l’organisation et les décisions des dirigeants. Nous étions alors en pleine démarche de redéfinir nos façons de faire et avec une telle attitude, il était difficile de les impliquer dans les changements qui allaient les affecter. Ils croyaient tous que ces changements ne seraient jamais implantés, mais à leur grande surprise, ils ont dû composer avec une nouvelle réalité du jour au lendemain parce que leurs perceptions les empêchaient de voir la réalité en face.

 

La souffrance est parfois créée par nos pensées illusoires

La première pensée est comme une étincelle : elle peut allumer un feu seulement si on l’alimente. D’où l’importance de contrôler nos pensées avant que les illusions prennent toute la place dans notre esprit et provoquent de la souffrance. Nous avons tous dans notre entourage des allumeurs d’étincelles et c’est à nous de choisir quel feu on veut alimenter : le feu d’artifice ou le bâton de dynamite…

Tiré de Générer l’engagement au travail

VOS COMMENTAIRES

53 − 48 =