CAPSULES D'INFORMATIONS


<< Retour aux capsules d'informations

Les questions de fond à vous poser : pour qui est-ce que votre entreprise existe? Pour les actionnaires? Pour les employés? Pour les clients ou pour les patrons? Qui est au service de qui? Est-ce que votre organisation existe pour servir ses employés ou pour se servir d’eux?

Voilà le genre de remise en question qui peut contribuer à préciser les valeurs que vous désirez insuffler à votre entreprise dans le but de générer l’engagement des travailleurs.

L’engagement exclusif envers le patron: une pratique révolue

Dans le « bon vieux temps », il était simple de prendre des décisions. Il suffisait d’utiliser tous les moyens nécessaires pour répondre aux seules exigences du patron, sans considération des autres personnes concernées.

De nos jours, on nous demande de satisfaire à la fois aux demandes de notre patron, aux exigences des actionnaires (qui gèrent nos régimes de retraite), aux besoins de nos collègues, aux attentes des clients et aux préoccupations des gens de notre communauté et de la société en général (environnement, éthique et gouvernance).

Évidemment, des tensions risquent de se créer entre ces demandes parfois contradictoires puisque, vous le savez, il est impossible de satisfaire tout ce beau monde. Qui prioriser et comment y voir plus clair?

Tout d’abord, il faut que vous gardiez en tête qu’il est aussi important de satisfaire les personnes de l’interne que celles à l’externe. Ce n’est pas vrai que l’actionnaire a priorité sur tout. Si vous gérez trimestre par trimestre pour satisfaire la soif de rendement des actionnaires, vous ne rendez service à personne. Pour bien défendre les intérêts des actionnaires à plus long terme, vous devez respecter les intérêts des autres personnes concernées.

Cibler ses priorités pour favoriser l’engagement des travailleurs

Posez-vous la question : quels sont les fondements, les valeurs qui sous-tendent l’offre d’emploi de l’organisation? Offrons-nous des horaires flexibles parce que c’est la saveur du mois ou parce que nous croyons vraiment à l’autonomie de nos employés en leur laissant de la latitude sur les moyens d’atteindre nos objectifs communs? Est-ce que nous encourageons l’implication communautaire de nos employés pour se donner bonne presse ou parce que ça fait vraiment partie de notre vision de redonner à la société qui permet à l’entreprise de prospérer?

Vos employés veulent comprendre les raisons qui justifient les choix que vous faites, car quand viendront les moments difficiles, ce sera cet état d’esprit véritablement vécu au quotidien qui orientera toute nouvelle décision qui pourrait avoir un impact sur le niveau de bonheur au travail.

Comme le dit Jean Bouchart d’Orval dans son livre La maturité de la joie : « Par manque de lumière, on ne parvient au discernement que lorsque les événements nous amènent là où nous ne voudrions pas aller. »

Tiré de: Générer l’engagement au travail

VOS COMMENTAIRES

+ 70 = 75